Hebdo n°2

Astuce du jour

Pour conserver longtemps un fromage au réfrigérateur, ajoutez quelques gouttes de vinaigre sur leur emballage humide, cela évitera la formation de moisissures.

Pense-Bête

20 mars le printemps pointe son nez à l'aube du jour, les oiseaux chantent, les couleurs reprennent le dessus dans nos jardins

poème printemps de Victor Hugo

La minute du petit jardinier

En mars taillez le thym et le romarin pour qu’ils gardent une silhouette compacte. Au potager, semez des épinards et des salsifis sur un sol bien ameubli. Bouturez les hortensias. Renouvelez la terre de bruyère au pied des rhododendrons.

Et si on sortait !

Les évènements actuels ne permettant pas de sortir de chez soi, je vous propose de nous divertir autrement avec des petits articles sur différents sujets. Un peu de culture sur des races d’élevage régionales. On parle de race de brebis landaise, pourtant ce n’est pas une race locale, car la brebis landaise a des origines espagnoles dont on trouve trace dès le VIIème siècle. De ce cheptel très nombreux au XIXème, il ne reste aujourd’hui que 3000 têtes. De petite taille, mais élancée, elle se révèle une très bonne marcheuse et d’une grande rusticité. Frugale et bien adaptée au milieu végétal austère de la lande, elle ne fournit que peu de viande et encore moins de lait. En revanche, le mouton landais donnait une laine de qualité et le fumier indispensable pour enrichir les terres pauvres des Landes. Petit lexique du monde paysan Ancêtre du garde-champêtre, le messier, appelé également garde-blé ou garde des bleds, dans d’autre régions, est un personnage familier des campagne. Son nom dérive du latin messis, signifiant « moisson » car, employé par les seigneurs locaux, il a pour mission de surveiller ces dernières. Son rôle est très important car le précieux blé assure la survie de toute la population. On retrouve l’appellation « messier » depuis le haut Moyen-Age (dès l’époque carolingienne) jusqu’au début de XXème siècle. Ce garde rural veille jour et nuit sur les cultures et empêche les maraudeurs, les glaneurs et les vagabonds de voler les récoltes. Dans les villages de coteaux, il garde les vignes et les vergers.

Faisons travailler nos méninges

Solution de l’énigme de notre hebdo n°1 : il reste 10 poissons, car ils n’ont jamais quitté l’étang Enigme 2 : Deux hommes jouent aux échecs. Ils ont joué 5 parties. Chacun en a gagné 3. Comment est-ce possible.

Coin cuisine

Fèves aux lardons

Pour 4 personnes

  • 500g de fèves pelées
  • 75g de lardons
  • 1 petit oignon
  • 1 noisette de beurre
  • 1 filet d’huile d’olive
  • Sel
  • Poivre

Faites cuire les fèves à la vapeur environ 10 minutes. Pelez et émincez l’oignon. Faites chauffer l’huile et le beurre dans une sauteuse et faites revenir l’oignon émincé. Ajoutez les lardons et mélangez sur feu moyen pendant 2 à 3 min. Incorporez les fèves, salez, poivrez, puis laissez mijoter 5 min. Servez bien chaud. Régalez-vous, bon appétit

Hebdo n°1

Astuce du jour

Enlever la rouille avec du bicarbonate de soude
Mélangez le bicarbonate de soude avec un peu d’eau de façon à obtenir une pâte épaisse que vous appliquez sur le métal à l’aide d’une spatule. Laissez poser 15 mins puis frottez la surface avec une brosse dure, rincez et séchez soigneusement.

Pense-Bête

23 février : Blé & Karaoké

La minute du petit jardinier

Bouturer un ananas

On coupe la rosette de feuilles avec un couteau bien tranchant. On la laisse sécher un peu à l’air libre pendant une journée. Le lendemain, on la plante dans un pot avec un mélange moitié sable, moitié tourbe blonde. On arrose et on place sur le tout un sac en plastique maintenu par un élastique pour maintenir une humidité élevée. L’enracinement va prendre 2 à 3 mois. Attention il a peu de chance que cette plante donne des fruits

Et si on sortait !

Exposition « Mémoire des pierres » – Espace photographique Arthur Batut – 81290 Labruguière

Du 13 janvier au 21 mars 2020, l’Espace photographique Arthur Batut présente, sous le titre « Mémoire de pierres », les photographies de deux jeunes artiste de la région : Juliette Le Roux et Adrien Basse-Cathalinat.

Faisons travailler nos méninges

Enigme : Dans un étang il y a 10 poissons. Deux se sont noyés, quatre nagent au loin, trois sont morts. Combien reste t’il de poissons ?

Rendez-vous sur le site semaine prochaine pour avoir la solution

Coin cuisine

Velouté de potiron

Ingrédients (Pour 6 personnes)

  • 600 g de chair de potiron
  • 4 pommes de terre (environ 200g)
  • 2 poireaux
  • 50 cl de lait
  • 50 cl de bouillon de volaille
  • 20 g de beurre
  • 2 oignons
  • Sel, poivre
  • Crème fraîche
Préparation

  1. Couper le potiron en quartiers et ôter les graines. Peler les quartiers et les couper en dés de 1 à 2 cm. Vous pouvez en préparer plus que nécessaire : les dés de potiron et de citrouille se congèlent très bien.
  2. Peler et couper les pommes de terre en dés de 1 à 2 cm. Éplucher et hacher grossièrement les oignons. Ôter le vert foncé du poireau. Découper le blanc en quatre dans la longueur puis en petits morceaux. Vous pouvez ficeler et congeler le vert. Il parfumera une soupe ou un pot-au-feu.
  3. Faire fondre le beurre dans un autocuiseur ou une cocotte. Y faire revenir 5 minutes les oignons et les poireaux, sans laisser prendre couleur. Puis ajouter le potiron et les pommes de terre.
  4. Chauffer le lait et le verser dans la cocotte. Ajouter le bouillon chaud ou 50 cl d’eau très chaude et 2 bouillons cubes. Ne pas saler. Fermer l’autocuiseur et laisser cuire 30 minutes (1 heure dans une cocotte sans pression).
  5. La préparation peut se servir telle quelle (donc en soupe) être passée au moulin à légumes, ou mixée finement pour obtenir un velouté. Quel que soit votre choix, rectifier l’assaisonnement avant de servir avec du sel et éventuellement du poivre