Hebdo n°3

Astuce du jour

Clin d’oeil –
Petite astuce pour muscler vos yeux, asseyez-vous le dos bien droit et suivez lentement du regard les contours de la lettre A

 

 

 

Pense-Bête

Il y a des jours AVEC et des jours SANS. Et les jours SANS, il faut faire AVEC

Poème proposé par Françoise TS137

C’était en mars 2020 …
Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.
Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.
C’était en mars 2020 …
Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait.
C’était en mars 2020 …
Les gens ont été mis en confinement. pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.
Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.
Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.
Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.
Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.
Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé, le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.
Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.
Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie. ️

La minute du petit jardinier

  • Contre les pucerons préparez une solution avec des copeaux de savon de Marseille (300G pour 1 litre d’eau)
  • Semez le fenouil bulbeux dans le coin le plus ensoleillé de votre potager

 Un peu d’histoire avec la rubrique « Dans les potagers d’antan »
Déjà connu au XIXème siècle, l’oignon rouge pâle de Niort se caractérise par des bulbes aplatis à fine peau rouge cuivré et chair blanche ourlée de violet. Sa saveur douce permet une consommation crue ou cuite. C’est une variété hâtive adaptée au climat de l’ancien Poitou-Charentes, qui se sème en fin d’été, pour une consommation printanière en frais, ou au printemps, pour une récolte en été et une conservation en sec
Faire son vinaigre à l’ail
Pour 1 litre de vinaigre à l’ail : 8 gousses d’ail ; 1 litre de vinaigre de vin rouge ou blanc.
Pelez l’ail et coupez les gousses en 4. Mettez-les avec le vinaigre dans un bocal opaque. Fermez-le et secouez.
Laissez macérer pendant 2 semaines dans un endroit frais et sombre. Passez au tamis et mettez en bouteille. Ce vinaigre se conserve 1 an. Il sera parfait pour rehausser le goût de nos salades ou pour mariner les grillades .

 

 

 

Tous à la maison!

Et si on sortait nos machines à coudre pour aider les soignants et les plus exposés.

Marie-Chantal (TS169) n’a pas confiné ses doigts de fée de couturière. Chaque jour elle confectionne des masques qui partent vers la Maison de Naissance à Castres et vers des associations d’aide à la personne sur Revel, qui les distribuent aux auxiliaire de vie, aux aides soignantes, etc)
Pour celles et ceux qui veulent s’y lancer, elle partage avec nous la technique de réalisation de ces masques. Ils sont confectionnés avec 3 couches de tissu. Un tissu en coton à l’extérieur, un tissu coton fin pour la doublure et un tissu molleton ou polaire fine ou intissée pour mettre entre les 2 épaisseurs. On rajoute des élastiques pour maintenir aux oreilles

Ci-dessous, photo d’une autre variante de masque dans lesquels on peut insérer une lingette ou du sopalin par exemple, qui pourrons être changés régulièrement dans la journée

 

 

 

Faisons travailler nos méninges

Réponse de l’énigme de l’Hebdo n°2 : ils ne jouaient pas l’un contre l’autre

Enigme 1 : On la donne, on la reprend. On la coupe et cependant on ne la voit pas. On peut la déformer. Elle finit par s’envoler. Qui est-elle ?

Enigme 2 : Elle est froide, elle est bleue. Elle est muette, elle est noire. Avec tout ça comment voulez-vous qu’elle soit bonne conseillère. Qui est-elle ?

 

 

 

 

Coin cuisine

Fouace de Pâques

Préparation : 20 min. – Cuisson : 40 min. – Repos 3h + 30min
Pour 6 personnes

  • 270 g de farine
  • 70 g de sucre
  • 3 oeufs + 1 jaune  à dorer
  • 70 g de beurre ramoli
  • 1 pincée de sel
  • 10 g de levure de boulanger
  • 2 cuillères à soupe de lait
  • 2 cuillères à soupe de fleur d’oranger

  • Préchauffez le four à 200°C (th.6 ou 7)
  • Faites délayer la levure dans le lait tiédi
  • Versez la farine dans un saladier en creusant un puits au centre.
  • Cassez les oeufs un à un et mélanger bien
  • Ajouter la farine, le sucre, le sel, la fleur d’oranger, la levure et le beurre. Travaillez longuement la pâte avant de la laisser lever pendant 3 heures
  • Formez une couronne avec la pâte en soudant bien les bouts. Laissez encore lever 30 minutes
  • Badigeonnez avec le jaune d’oeuf restant et enfournez pendant 40 minutes

Régalez-vous !!!!

 

Hebdo n°2

Astuce du jour

Pour conserver longtemps un fromage au réfrigérateur, ajoutez quelques gouttes de vinaigre sur leur emballage humide, cela évitera la formation de moisissures.

Pense-Bête

20 mars le printemps pointe son nez à l'aube du jour, les oiseaux chantent, les couleurs reprennent le dessus dans nos jardins

poème printemps de Victor Hugo

La minute du petit jardinier

En mars taillez le thym et le romarin pour qu’ils gardent une silhouette compacte. Au potager, semez des épinards et des salsifis sur un sol bien ameubli. Bouturez les hortensias. Renouvelez la terre de bruyère au pied des rhododendrons.

Et si on sortait !

Les évènements actuels ne permettant pas de sortir de chez soi, je vous propose de nous divertir autrement avec des petits articles sur différents sujets. Un peu de culture sur des races d’élevage régionales. On parle de race de brebis landaise, pourtant ce n’est pas une race locale, car la brebis landaise a des origines espagnoles dont on trouve trace dès le VIIème siècle. De ce cheptel très nombreux au XIXème, il ne reste aujourd’hui que 3000 têtes. De petite taille, mais élancée, elle se révèle une très bonne marcheuse et d’une grande rusticité. Frugale et bien adaptée au milieu végétal austère de la lande, elle ne fournit que peu de viande et encore moins de lait. En revanche, le mouton landais donnait une laine de qualité et le fumier indispensable pour enrichir les terres pauvres des Landes. Petit lexique du monde paysan Ancêtre du garde-champêtre, le messier, appelé également garde-blé ou garde des bleds, dans d’autre régions, est un personnage familier des campagne. Son nom dérive du latin messis, signifiant « moisson » car, employé par les seigneurs locaux, il a pour mission de surveiller ces dernières. Son rôle est très important car le précieux blé assure la survie de toute la population. On retrouve l’appellation « messier » depuis le haut Moyen-Age (dès l’époque carolingienne) jusqu’au début de XXème siècle. Ce garde rural veille jour et nuit sur les cultures et empêche les maraudeurs, les glaneurs et les vagabonds de voler les récoltes. Dans les villages de coteaux, il garde les vignes et les vergers.

Faisons travailler nos méninges

Solution de l’énigme de notre hebdo n°1 : il reste 10 poissons, car ils n’ont jamais quitté l’étang Enigme 2 : Deux hommes jouent aux échecs. Ils ont joué 5 parties. Chacun en a gagné 3. Comment est-ce possible.

Coin cuisine

Fèves aux lardons

Pour 4 personnes

  • 500g de fèves pelées
  • 75g de lardons
  • 1 petit oignon
  • 1 noisette de beurre
  • 1 filet d’huile d’olive
  • Sel
  • Poivre

Faites cuire les fèves à la vapeur environ 10 minutes. Pelez et émincez l’oignon. Faites chauffer l’huile et le beurre dans une sauteuse et faites revenir l’oignon émincé. Ajoutez les lardons et mélangez sur feu moyen pendant 2 à 3 min. Incorporez les fèves, salez, poivrez, puis laissez mijoter 5 min. Servez bien chaud. Régalez-vous, bon appétit

Hebdo n°1

Astuce du jour

Enlever la rouille avec du bicarbonate de soude
Mélangez le bicarbonate de soude avec un peu d’eau de façon à obtenir une pâte épaisse que vous appliquez sur le métal à l’aide d’une spatule. Laissez poser 15 mins puis frottez la surface avec une brosse dure, rincez et séchez soigneusement.

Pense-Bête

23 février : Blé & Karaoké

La minute du petit jardinier

Bouturer un ananas

On coupe la rosette de feuilles avec un couteau bien tranchant. On la laisse sécher un peu à l’air libre pendant une journée. Le lendemain, on la plante dans un pot avec un mélange moitié sable, moitié tourbe blonde. On arrose et on place sur le tout un sac en plastique maintenu par un élastique pour maintenir une humidité élevée. L’enracinement va prendre 2 à 3 mois. Attention il a peu de chance que cette plante donne des fruits

Et si on sortait !

Exposition « Mémoire des pierres » – Espace photographique Arthur Batut – 81290 Labruguière

Du 13 janvier au 21 mars 2020, l’Espace photographique Arthur Batut présente, sous le titre « Mémoire de pierres », les photographies de deux jeunes artiste de la région : Juliette Le Roux et Adrien Basse-Cathalinat.

Faisons travailler nos méninges

Enigme : Dans un étang il y a 10 poissons. Deux se sont noyés, quatre nagent au loin, trois sont morts. Combien reste t’il de poissons ?

Rendez-vous sur le site semaine prochaine pour avoir la solution

Coin cuisine

Velouté de potiron

Ingrédients (Pour 6 personnes)

  • 600 g de chair de potiron
  • 4 pommes de terre (environ 200g)
  • 2 poireaux
  • 50 cl de lait
  • 50 cl de bouillon de volaille
  • 20 g de beurre
  • 2 oignons
  • Sel, poivre
  • Crème fraîche
Préparation

  1. Couper le potiron en quartiers et ôter les graines. Peler les quartiers et les couper en dés de 1 à 2 cm. Vous pouvez en préparer plus que nécessaire : les dés de potiron et de citrouille se congèlent très bien.
  2. Peler et couper les pommes de terre en dés de 1 à 2 cm. Éplucher et hacher grossièrement les oignons. Ôter le vert foncé du poireau. Découper le blanc en quatre dans la longueur puis en petits morceaux. Vous pouvez ficeler et congeler le vert. Il parfumera une soupe ou un pot-au-feu.
  3. Faire fondre le beurre dans un autocuiseur ou une cocotte. Y faire revenir 5 minutes les oignons et les poireaux, sans laisser prendre couleur. Puis ajouter le potiron et les pommes de terre.
  4. Chauffer le lait et le verser dans la cocotte. Ajouter le bouillon chaud ou 50 cl d’eau très chaude et 2 bouillons cubes. Ne pas saler. Fermer l’autocuiseur et laisser cuire 30 minutes (1 heure dans une cocotte sans pression).
  5. La préparation peut se servir telle quelle (donc en soupe) être passée au moulin à légumes, ou mixée finement pour obtenir un velouté. Quel que soit votre choix, rectifier l’assaisonnement avant de servir avec du sel et éventuellement du poivre